vendredi 20 juillet 2018

Pour les vacances

On peut enfin se mettre à l'aise…

Tube(s) de l'été


A noter que le dernier EP des Howlin' Jaws est une pure merveille… y'apluka !

Et ça, c'est pour moi, c'est bonus… de rien, ça m'fait plaisir…

mardi 17 juillet 2018

lundi 9 juillet 2018

Une golfette… reine de Pikes Peak

Rien qu'a entendre le bruit… j'ai envie de pleurer !!!
Et pourtant, c'est bien cette Volkswagen qui a battu le record (déjà pulvérisé) de Sébastien Loeb,
avec cette bête de course qui carbure à l'électrique (comme un sèche cheveux) aux mains de Romain Dumas.
Revient Ari, ils sont devenus fou.

vendredi 6 juillet 2018

Pour le week end

Fait moite là ?… non ?

Le prix de la Vitesse de Christian Papazoglakis

  Depuis le premier opus du Joe Bar (j'ai oublié les suivants), on ne peut pas dire que la BD brille par la qualité de sa (sur)production. Même si je n'ai jamais été fan du neuvième art, j'ai toujours jeté un œil sur ce qui sortait. Affligé par les sombres merdes qualifiées de BD motardes, il n'y avait guerre que Romain Hugault qui arrivait à me distraire avec ses superbes zincs que même des scénario plus que légers n'arrivaient pas à salir. Mais c'était sans compter sur Christian Papazoglakis qui vient de sortir Le prix de la Vitesse. Librement adapté du roman Sterling Speed de Mat Oxley, cette BD, qui fait presque 200 pages, nous conte l'histoire de Walker Kaiden, véritable empereur du moteur 2 temps, et de son pilote Ernst Degner. Toute l'histoire est replacer dans son contexte historique, seconde guerre mondiale, guerre froide, jusqu'à nos jours… ce qui n'est déjà pas pour me déplaire, mais surtout, le dessin est fait à l'ancienne, tracé et lavis, ce qui change des merdes numérisées sans âme. Parce que cet ouvrage en a une, c'est certain.